mercredi 23 septembre 2015

Diorama WW2

Bon, j'avoue que du bleu, du bleu, encore du bleu et toujours du bleu, ça lasse...
Du coup, j'ai fait quelques infidélités à mes compagnies d'infanterie légère pour me divertir avec un peu de kaki.
Je ne suis pas fan de kaki  mais bon c'est toujours plus rapide que le napoléonien !

Dans mes stocks, j'avais cette boite de chez Pegasus consacrée au D-Day.
Je voulais à l'origine faire un diorama du débarquement avec de la résine d'inclusion et puis ben voilà.....
Comme pour tout, il faut un déclencheur.
Le mien aura pris la forme de 8 stères de bois !!
et plus particulièrement d'un morceau, plutôt pas très beau et pas très bien coupé.
Il est coupé de travers et une partie du bois est déchiqueté sur un bord. Donc il est parfait !!
Comme il y avait un espace un peu plus plat que le reste, on y voyait assez facilement une sorte de chemin le long d'une pente.

Donc nous y voilà.
Le débarquement a eu lieu. Les troupes s'enfonce dans la campagne normande.
Au détour d'un chemin encaissé, des ricains se font canarder par des allemands un peu plus loin.
Un homme est touché. Tout le monde se met à courir, le chef du peloton beugle dans sa radio.

Ca ou alors Ils ont repéré une zone pleine de giroles et ne veulent pas laisser passer l'occaz...

A vous de choisir le scénario qui vous convient le mieux.

Au final, c'est pas forcément super, mais ça m'a occupé quelques heures !!!












 





vendredi 11 septembre 2015

Charge de cavalerie : la réalité ou la fiction ??


Bonjour !!

L'époque napoléonienne est chargée d'imagerie populaire.
La redingote et le bicorne.
Le grognard de la Garde Impériale.
Les charges de cavalerie.

On imagine souvent des lignes de cavaliers se lançant vers leurs adversaires dans un tonnerre de sabots et une avalanche de couleurs.
Ces lignes parfaites sont menées par des officiers papillonnant en tête de ces masses, le bras levé dans une posture héroïque et tragique à la fois.

Mais bon, ça c'est l'image de notre esprit, l'habitude de gravures bien organisées et veillant à montrer une image glorieuse.
En voilà 2 superbes exemples.





Dans les années 70, dans le cadre de reportages sur des batailles célèbres, la scène suivante a été filmée :

Et là Patatra !!!
La ligne se lance bien au pas, passe au trot puis se désunie totalement au galop.
Et on se dit tous que l'imagerie à laquelle on a été habituée était totalement fausse.

La question que je me suis posé aujourd'hui en revoyant cette vidéo sur un forum est la suivante :
Cette vidéo est-elle représentative de ce qu'était une charge sous l'Empire, ou même avant et après d'ailleurs ?

Elle est exécutée par la Garde Républicaine. On a trouvé pire comme cavaliers !
Mais.
Mais aussi bons soient-ils, ces cavaliers sont des contemporains du 20ème siècle qui n'est tout de même pas le siècle des chevaux.
De fait, ces cavaliers de défilés (sans être médisant) sont-ils capables de fournir une charge telle que des hussards, des cuirassiers ou autres cavaliers de l'Empire étaient capables de le faire ??
L'esprit et l'expérience de ces Gardes Républicains, sans compter leur habitude d'une telle situation est-elle au niveau de leurs ancêtres ?
Du coup, cette ligne se désunie-t-elle parce que les cavaliers passent au galop, ou parce qu'ils vivent dans la seconde moitié du 20ème siècle et sont plus habitués aux embouteillages qu'aux champs de bataille ???

Hein ?
Z'en pensez quoi vous ?