vendredi 28 février 2014

Charge du 19ème dragon - On continue

Ranger son bureau et ses pots de peinture c'est bien.
Si-si c'est bien.
Mais ça permet aussi de voir ce qui reste à faire et ce qui n'a été que trop longtemps délaissé...
Sous mes yeux depuis un bail, outre les cowboys qui font office de distraction, il reste le caisson autrichiens et les quelques fantassins prévus, ainsi que les 32 dragons...
Les voilà donc commencé !!
Dark Angel green pour l'habit, Bleached Bones pour la culotte. Voilà, ça c'est pour les 32.
Pour les 12 du haut, les distinctives en Jaune Sécession de Prince Auguste et les banderoles et gilets en blancs sont également fait. Reste à finir cela pour les autres, à passer la couleur chair et ensuite un encrage en noir dilué sur le tout pour ombrer et salir.
Donc vendredi soir les Césars, samedi soir The Voice, lundi soir Top Chef... Ca devrait le faire !!




mercredi 26 février 2014

Lexique d'uniformologie napoléonienne

Pour bon nombre de peintre de figurines, ou juste de petits soldats comme moi, pénétrer le monde sombre et parfois élitiste du 1er Empire se révèle un véritable calvaire.
Les termes sont très particuliers, les détails omniprésents, les sources d'erreurs incroyablement nombreuses également.
Je vous propose ici un petit lexique illustrè très succinct des termes employés en termes d'uniformes du 1er Empire pour d'une part l'infanterie et d'autre part la cavalerie.
Les infographies sont réalisées par André Jouineau, qui m'a permis très aimablement de les utiliser à cet effet.
Jetez-vous sur ses ouvrages, ce sont des mines d'or inépuisables !

Black Scorpion Miniatures

Hier soir en rentrant, petite surprise dans la boite aux lettres.
Tadaaaa !
Un timbre anglais, c'est donc ma commande chez Black Scorpion !!
Et c'est du rapide ! Commande passée le 20 février, reçue le 25... Mieux que si j'avais commandé en France, mais je commence à avoir l'habitude.
Un coup de cutter et sous les chips en polystyrène tout plein de figurines en sachets par référence, socles inclus.
Je suis un peu déçu par les socles qui sont très basique alors qu'il en existe maintenant de très jolis avec les bord arrondis mais c'est pas grave !
Voyons les figurines maintenant.
 Quelques flashes mais rien de trop, donc le nettoyage ne va pas être trop important.
En tout cas la gravure est vraiment belle et d'une finesse incroyable. C'est très loin devant la qualité du Fine Cast de GW et c'est tant mieux !!

 Tiens, juste histoire de comparer avec le 1/72, une petite photo de famille.
 
 C'est là que je me rends compte que soit le 1/72 c'est petit, soit le 28mm c'est vraiment grand !!
En tout cas, vu que cela fait un paquet d'années que je n'ai pas peint de figurines à cette taille, ça ne va pas être simple de s'y remettre. Les techniques vont être bien différentes...

Ah oui tiens, j'avais un cadeau dans la boite !! Mais j'avoue être un peu dubitatif...
Des bonbons en forme de cœur répondant au doux nom de Love Hearts...
J'ai décidé de bien le prendre. On manque cruellement d'amour dans ce bas monde n'est-ce pas ?! :)

mardi 25 février 2014

Gardien de vaches

Un nouveau membre a rejoint le groupe hier soir.
Il a amené 2 amis avec lui qui passeront à l'habillage d'ici peu.


Finalement c'est bien toutes ces émissions de cuisine à la télé, ça occupe bien le reste de la famille et laisse du temps pour peindre ni vu ni connu !!

lundi 24 février 2014

Old West

J'ai commencé à regarder, grâce à mon ami Ténardier, la série Deadwood il y a peu.
L'ambiance y est glauque, loin des westerns classiques qui passaient à la télé quand j'étais gosse.
Un coup d’œil rapide dans mes stocks de figurines à la recherche de je ne sais plus quoi, et je suis tombé sur quelques figurines de cowboys.
Certaines viennent de cette boite :
D'autres par contre me sont parfaitement inconnues et je ne les ai retrouvé nulle part... Un mystère qui n'est pas très important en fait.
Du coup, j'ai attrapé mes pinceaux (en 2 fois) et une heure plus tard, 6 cowboys étaient peints.
 

Du coup, et comme la gamme pour cette période est très limitée au 1/72, ou alors très chère si on vise des références Airfix des années 70, j'ai sauté sur l'occasion et j'ai commandé des figurines chez Black Scorpion Miniatures (http://www.blackscorpionminiatures.com/index.php?cPath=28)
Ce sont des 28mm en résine, ce qui me rappellera mes premiers pas en peinture... Gloups.
J'ai pris ces références-ci :

 Je vais essayer de garder le côté sombre de Deadwood comme ceci :
A suivre donc.

Rangement de peintures

Fabrice le Grognard a posté récemment un article sur un module de rangement pour ses pots de peintures.
 Ce module, est fabriqué comme expliqué ici : http://figs.over-blog.com/article-le-presentoir-a-peintures-tutoriel-111045912.html

Vu que c'était un peu le bazar sur mon bureau j'en ai profité pour leur piquer cette idée et faire la même chose ! Un tour au magasin de loisirs créatifs du coin et 2 heures plus tard, j'avais mon rangement !!
Qui s'est avéré bien trop petit...
Du coup, retour au même magasin le lendemain et ajout d'un second module, mais en angle cette fois-ci !
Voilà les cottes que j'ai prises pour la réalisation de mes rangements
J'ai choisi de faire des cases de 4cm de large pour pouvoir poser toutes les marques de pots de peintures, des Prince Auguste au Citadel, en passant par des pots de Rackham et de Pébéo.
Le carton plume utilisé fait 5mm d'épaisseur et tout tiens avec du double scotch. Pas un gramme de colle n'aura été nécessaire. Du coup, pas de temps de séchage.

Voilà ce que cela donne in situ.
Le premier module :
 Le module d'angle :
Le rangement dans son intégralité :

Bon, pour le moment, je cherches un peu mes petits quand je peins mais c'est le temps de m'y faire.
Parce que mine de rien, on s'y retrouve parfois mieux dans notre bazar que quand c'est rangé non ?

Un grand merci à Fabrice et Thierry pour l'inspiration !


mercredi 19 février 2014

Le Général Chasseraux, commandant la place d'Orléans en 1814


Le commandement du département du Loiret a été confié au Général de brigade Thomas Jean Chasseraux (1763-1840) par l'Empereur. 
Ce natif de Bain-de-Bretagne est entré dans l’armée française en 1791. 
Il est nommé dès 1793 au grade de capitaine, il gravit les échelons au sein des 50ème, 32ème et 40ème régiments d’infanterie de ligne avant de recevoir son brevet de brigadier le 6 août 1811. Au cours de sa carrière, il combattra à Iéna, en Prusse, en Pologne et en Espagne et sera blessé par 2 fois à Iéna (1806) et Ocana (1809).

 Portrait tiré de l'ouvrage "Étoiles de Napoléon" d'Alain Pigeard (Merci à Christian pour l'image !!)

 

 Voici ses états de services détaillés :
-Engagé volontaire dans le 1er bataillon de volontaire du département du Finistère, en 1791.
-Capitaine, 23 octobre 1793, à la formation du 1er bataillon du Finistère.
-Chef de bataillon, 17 octobre 1799, nommé à titre provisoire par le général Brune.
-Chef de bataillon, confirmée par l’arrêté du Premier Consul Napoléon Bonaparte, en date du 20 juillet 1800.
-Mis à la suite de la 66e demi-brigade dans son grade et avec solde d’activité, par décision des Consuls de la République française, 5 avril 1803.
-Chef de bataillon commandant le 1er bataillon de la 66e demi-brigade, 24 avril 1803.
(La 66e demi-brigade est devenue par la suite 63e régiment d’infanterie de ligne.)
-Chef de bataillon du 50e régiment d’infanterie de ligne, 29 septembre 1803.
-Major du 32e régiment d’infanterie de ligne, 22 décembre 1803.
-Colonel du 40e régiment d’infanterie de ligne, 16 mai 1806.
-Général de brigade, 6 août 1811.
-Commandant de la 2e brigade de la 2e division du 1er corps de l'armée du Midi., du 5 novembre 1811 jusqu’au mois d’octobre 1812.
-Affecté au corps d'observation du Rhin du 22 janvier 1813 au 4 mai 1813.
-Commandant de la place de Weissenfels du 4 mai 1813 au 26 septembre 1813
-Commandant supérieur de Mersebourg. 26 septembre 1813 au 2 octobre 1813.
-Mis en disponibilité du 2 octobre 1813 jusqu’au 17 janvier 1814.
-Commandant de la 4e subdivision (Loiret) de la 1ère division militaire du 17 janvier 1814 au 25 mars 1815.
-Mis en disponibilité du 25 mars 1815 au 23 avril 1815.
-Rappelé par l’Empereur et nommé général commandant une brigade employée à la défense de Paris du 23 avril 1815 au 4 juillet 1815.
-Mis de nouveau en disponibilité au second rétablissement du trône des Bourbons, du 4 juillet 1815 au 1er janvier 1816.
-Mis en non-activité au 1er janvier 1816.
-Admis à la solde de retraite à compter du 1er janvier 1825.

Campagnes et actions d’éclat :
1792 à 1800 : Employé aux armées du Nord et du Rhin.
1801 : Chef de bataillon, employé à l’armée de l’Ouest.
1806 : A la Grande Armée en Prusse. Commanda le 40e de ligne à la bataille d’Iéna, 14 octobre 1806.
1807 : A la Grande Armée, en Prusse et en Pologne.
1808 à 1812 : Employé en Espagne.
Le baron d’Empire Chasseraux se distingua dans les différents combats qui eurent lieu en Andalousie pendant l’année 1810, et mérita plus particulièrement les éloges pour la conduite qu’il tint, le 11 août 1810, dans un combat qui eut lieu entre la division Girard et les troupes espagnoles du général La Romana qui marchait sur Séville.

Blessures :
- Atteint d’un coup de feu à la main gauche, à la bataille d’Iéna, 14 octobre 1806.
- Reçoit un coup de feu à l’épaule droite, à la bataille d’Ocaña, 19 novembre 1809.

Décorations :
- Membre (Chevalier) de la Légion d’honneur, par décret du Premier Consul du 15 avril 1804.
- Officier de la Légion d’honneur par décret impérial du 14 mai 1807.
- Commandant de la Légion d’honneur par décret impérial du 17 décembre 1809.
- Chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis par ordonnance de Louis XVIII du 16 août 1814.
 
En tant que membre de la noblesse d'Empire, il dispose de ses propres armoiries :
Ecartelés : 1) d’ »azur au lévrier courant d’or, colleté du même -2) de gueules à l’épée haute d’argent – 3) de gueules à deux drapeaux français d’or, posés en sautoir et surmontés d’une étoile d’argent. -4) d’azur à la forteresse d’argent, ouverte et ajourée de sable, flanquée de deux tours d’argent, celle de senestre en ruines.

A noter qu'il tardera avant de rejoindre son affectation à Orléans en 1814. 
Nommé le 1er janvier 1814 par ordre de l'Empereur, il ne rejoindra son poste que le 14 février. Un retard qui en cette période d'invasion aurait pu avoir de funestes conséquences...


Il est le fils de Thomas et de Julienne Perrine Bautanny. Il épousera Marie-Thérèse-Joséphine Vergriet dont il aura une fille, Barbe Françoise Chasseraux, née le 4 avril 1799.
Il est décédé le 5 octobre 1840 à Paris et est enterré au cimetière du Père Lachaise, 28ème division.


mardi 18 février 2014

Les Généraux Chasseraux et Seslavine

Ce 18 février 1814, 2 généraux s'opposent devant Orléans.
Enfin, non pas vraiment puisque le général français restera auprès du Conseil Municipal et ne sera pas présent sur les lieux du combat.

Le général russe, lui n'en était pas bien loin.
Ce général, c'est le Major-Général Alexandre Nikititch Seslavine.
Il fait partie de l’avant-garde du Général Platov. Il commence sa carrière militaire au sein de l’artillerie à cheval de la Garde russe. Il participe entre autres aux batailles de Borodino, Smolensk, Dresde, Leipzig, Brienne-le-Château, La Rothière, Arcis-sur-Aube et Fère-Champenoise. Il participera à 74 batailles tout au long de sa carrière. Il fait également partie des troupes chargées de harceler le Maréchal Murat lors de la campagne de Russie et empêchera la retraite française de passer par la route de Kalouga et les forçant ainsi à reprendre la route de Smolensk

 
On trouve de nombreux portraits du Général Seslavine à divers stades de sa carrière et dans de diverses tenues. Il est également représenté sur le monument dédié à la bataille de Borodino et un monument accompagné d’un buste a été érigé à sa gloire à Rzhev, sa ville natale.
Il est décoré -entre autres- de l'ordre de Saint Vladimir (4ème classe), de Sainte Anne (2nde classe, puis 1ère classe), de Saint Georges (4ème classe), de Saint Jean de Jérusalem, de Maria Theresa (décoration autrichienne), de l'Aigle Rouge prussien et il a reçu une épée d'or pour acte de courage.

  
 
 

 Monument inauguré en 2012 à l'occasion des 200 ans de la bataille de Borodino, à Esemovosur la commune de Rzhev.
 





Il est également représenté sur le monument à la gloire des généraux russes à lors de la "guerre patriotique" de 1812. Le monument est situé à Moscou devant le musée sur la bataille de Borodino.


Une rue à Moscou porte le nom du Général Seslavine : Seslavinskaya.
Son nom est également gravé sur le nouveau bâtiment du musée "Borodino panorama", ainsi que sur les murs de la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou et dans la Salle Saint-Georges du Kremlin.


Durant la campagne de France, il est à la tête de 2 escadrons de hussards de Sumsky (ou Sumy) et de 8 escadrons de cosaques des 1er régiment de Toepter, 2ème de Jagodin, 3ème d'Orenbourg et 4ème de Laral, soit environ 1500 hommes.

Cosaque de Toepter :
 Cosaque d'Orenbourg :
 Hussards de Sumy :


Si vous trouvez de la documentation sur les régiments de cosaques de Jagodin et Laral, je suis preneur !!